Les lumières à l’âge du vivant

Nous proposons pour cette année 2021 de faciliter du  » local au mondial » tous contacts réels (avec ou sans masque) ou encore virtuel d’envisager par une pérennisation de la Fêtes des possibles la mises en place d’universités du pas de côté, dans un souci de « Métissage culturel des âges », qui pourrait aussi s’appuyer sur les travaux de recherche de Corine PELLUCHON « Les lumières à l’âge du vivant » pour aller vers un autre SAVOIR VIVRE ensemble

Localement et mondialement votre

Bernard Bruyat

P/O l’OPDLM et son Université du pasdecôté

En politique , nous ne manquons vraiment pas d’informations des « CONTRES QUI AIDENT LE POUR A CROIRE QU’IL A RAISON »

« la reconnaissance de la valeur intrinsèque de la liberté implique un changement de paradigme en politique… il faut donc aborder la question de l’autonomie des sujets avant d’envisager les conditions d’une organisation sociale et politique qui reposerait sur la liberté et serait capable de répondre aux défis que posent la mondialisation et le réchauffement climatique »

Les lumières à l’âge du vivant

« Ainsi, les lumières à l’âge du vivant reposent sur une révolution dans la manière de penser et de penser son être-avec-le-monde-et-avec-les- autres. Elle exige que le sujet revoie de fond en comble la manière dont il habite la terre et cohabite avec les autres, qu’il s’interroge sur ce qu’il a dans sont assiette et sur ce qu’il est en droit de faire ou ne pas faire «