sortir de la DOMINATION et aller vers la CONSIDERATION

Bien sur que André Gorz fait parti des philosophes qui ont comme Illich ( la désaccoutumance a la croissance)  toujours fait partie de mes grandes rencontres de la  pensée .

Bien que je considère que Gorz est plus dans la tradition politico-philosophique des « anciennes lumières » avec une croyance au changement autour du comportement des Humains et non de leur façon de penser.

La  » désaccoutumance à la croissance » n’est pas une démarche militante revendicative mais bien une autre façon de penser « les lumières à l’heure du vivant » pour sortir de la DOMINATION et aller vers la CONSIDERATION .

Notre REALITE devant notre consommation, le climat, la biodiversité … est de plus en plus  voilée  par l’acceptation à utiliser  et encourager les systèmes numériques qui nous en éloignent tous les jours en voulant garder le POUVOIR par la mise en place d’ une

« INTELLIGENCE ARTIFICIELLE »

A+Bernard

Non, je n’ai pas encore lu Corinne Pelluchon. je l‘ai contactée pour Reporterre, mais elle n’a pas été très sympa – elle était débordée…‌


Je l’ai écoutée à la radio, sa réflexion est intéressante, mais ça reste très théorique… En ce moment, je lis un bouquin sur Gorz et la décroissance, et je trouve cette réflexion beaucoup plus stimulante, ancrée dans la réalité…

A bientôt…

Re Cou cou

J’aimerais  justement, pour savoir à qui on parlerait et d’où on parlerait, si tu as lus Corine Pelluchon  » Les lumières à l’âge du vivant » et ce que tu en pense?

Je suis de plus en plus convaincu par son travail et ces analyses qui nous amèneraient a sortir de la DOMINATION pour rechercher du local au mondial à aller vers la CONSIDERATION.

Bises

A+Bernard

Dis donc ça remue en Ardèche… Même si c’est pour le contre qui fortifie le pour Image supprimée par l'expéditeur.

J’envoie ce communiqué à mon rédact chef… Je trouve que ce serait intéressant d’en parler, de donner la parole à ces gens. D’autant que, dans le même temps, à Paris, des syndicats se mobilisent pour soutenir deux des plus gros hôpitaux parisiens menacés d’abandon : Bichat et Beaujon. Et qu’à Bercy les fonctionnaires s’apprêtent à accorder un troisième prêt à Pierre &Vacances, en faillite depuis des années. Tout ça sent les Barbouzes à plein nez, non ?

De la neige en Ardèche méridionale (c’est beau ?) ! Ici froid coupant.

Je relis un supplément pour le Monde sur les Vikings (pour gagner ma vie)… La société nous fait de plus en plus vivre une vie de cinglé.

Pourquoi, pas, oui, une nouvelle « feuille de chou » pour interpeller à ce sujet ? A qui s’adresserait-elle ?

Je vous embrasse,

catherine