Petite histoire locale

Nous sommes le 21 Avril 2022 il est 9H30 et j’arrive devant l’Hôpital d’AUBENAS  (Ardèche) ou je doit passer a 10 H un scanner et j’ai bien pris soins de me munir des différents papiers, ordonnances, carte de sécu et de mutuel, carte  d’identité ainsi qu’il m’était demandé lors de la prise de rendez  vous dans cette établissement public de soins ,  avec même sous le bras le médicament que l’on devait m’injecter pour lire le scanner et que je m’étais procuré en pharmacie.

En arrivant devant la porte d’entrée de cette établissement public de soins je suis arrêté par un homme en Uniforme noir et casquette militaire de même couleurs chaussés de rangers militaire arborant sur sa poitrine un écusson  SAS ce qui devait désigner je pense son bataillon et avec comme arme en mains une forme de petit écran et me demandant de présenter mon PASS.

La j’ai senti comme un malaise de celui qui ne portait pas d’étoile car dans ma convocation on ne me l’avait pas demandé dans les différentes pièces à présenter.

Je commençais à expliquer à ce militaire gardien de l’entrée en m’excusant, que je savais pas et en disant que je possédais bien ce laisser passer mais chez moi a 10KM de l’Hôpital.

Je lui affirmais même que jusque là  même si je n’avais pas toujours été d’accord par toutes les exigences que notre gouvernance nous impose j’avais  pour ma tranquillité d’esprit et afin d’éviter des questionnement inutiles  suivi les ordres des 3 vaccins + un quatrième pour la bonne dose que  méritaient tous les anciens comme moi surtout avant les périodes électorales que nous traversions.

Je commençais à penser que je devenais ridicule à vouloir simplement faire croire à la parole d’un homme qui n’avait rien à lui ordonner ou à lui vendre.

J’avais pourtant aussi une bonne quantité de masques dans mes poches que j’ai même fait profiter à certaines personnes qui les avaient oubliés et je lui demandais de pouvoir simplement tel à ma compagne pour qu’elle m’apporte ce fameux laisser- passer mais rien semblait détourner ce militaire de son devoir pas plus que ma demande pour avertir le guichet des entrées que j’étais  à l’extérieure en attente de ce fameux laisser passer.

Rien pouvait le détourner de son devoir en me répétant sans arrêt que c’était des ordres et que si je voulais que cela change je n’avais qu’a voter pour … ?

Vous voyez l’effet que peut faire cette Litanie à un Chercheur Sécessionniste qui la veille avait même regardé très rapidement le show médiatique fait a grand frais des contribuables de deux personnages en quête de Domination.

Je ne sais pas non plus si c’était dans les ordres qu’il avez reçu qu’il ne pouvait pas envisager que le portable qu’il tenait à la mains aurait pu servir a contacter ma compagne, j’aurais volontiers payé les frais.

Mais enfin dans cette petite anecdote de notre savoir vivre ensemble il y a eu de très bon cotés car ce militaire n’avez pas encore reçu l’ordre de m’arrêter et m’enfermer car je ne possédais pas de portable.

Et qu’ après avoir eu l’aide de personnes qui en possédaient et de certaines autres  qui ce chargèrent d’informer le service qui m’attendait depuis 1 Heure, l’accueil du personnel et des soignants fut celui que j’ai toujours reçu et défendu de nos services public de soins.

Bernard Bruyat

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*